Comment, à partir d’une demande médicale, peut-on aborder le versant psychologique de la maladie ?


Comment intégrer la prise en charge pour soigner aussi le corps que l’on est et non seulement le corps que l’on a ?

Dans les pathologies à composante psychosomatique, il est important de tenir compte du système familial dans son ensemble et d’en explorer les règles de fonctionnement. L’approche systémique tient compte de la causalité circulaire, de la complexité du problème. Les connections entre le corps, la psyché et les relations familiales expliquent pourquoi il est si difficile de traiter les problèmes psychosomatiques. Dans les familles psychosomatiques il existe souvent des évènements secrets, des disparitions précoces, des deuils non élaborés, des traumas dans les générations précédentes. Ceux-ci ont été tellement traumatisants qu’ils ont bloqué la famille dans un stade homéostatique.

La famille ne peut plus réaliser les transformations nécessaires pour satisfaire les besoins individuels. Pourquoi ? Parce que les besoins individuels viennent en compétition avec la tendance familiale de cohésion et d’homéostasie. Leur réalisation risque d’entraîner des conflits. Et il y a dans la famille une grande tendance à l’évitement des conflits. Ils sont perçus comme dangereux et stimulent des phantasmes de rupture qui sont intolérables. Car ces phantasmes réactivent la souffrance inconsciente que la famille porte depuis ces traumas.

Il est très difficile pour le patient seul d’évoquer cela. Il sera anxieux et éprouvera un sentiment de trahison. C’est pourquoi il est souvent préférable de travailler avec toute la famille. Et même s’il peut évoquer des faits le patient aura beaucoup plus de résistances encore à aborder le volet émotionnel, la colère, le ressentiment qu’il peut avoir contre certains membres de la famille.

Bien souvent c’est un sentiment de protection, de fidélité à la famille qui va surgir. Un travail plus corporel, en utilisant les métaphores peut être utile car vécu comme moins menaçant pour ces patients C’est le travail de sculptures mis au point par Luigi Onnis. Il s’agit alors d’un travail de thérapie familiale exigeant une qualification particulière car il est très délicat. Par le biais d’images métaphoriques la famille et le patient « désigné » acquièrent une nouvelle capacité de transformation qui les mènent à retrouver leurs propres capacités de guérison.

Enfin pour d’autres patients tout se passera à travers la consultation médicale. En vivant une relation avec une personne moins rigide, il y a création d’un nouveau système, le système thérapeutique où le patient peut vivre une autre expérience et découvrir en lui de nouvelles ressources. Comme médecin nous pouvons amener progressivement le patient à entamer une psychothérapie. Cela peut prendre des années et pour certains patients il n’est pas possible d’envisager une thérapie. Il est alors important d’avoir le génogramme en tête pour amener tout doucement le patient et sa famille à un tout petit changement. Mais ce petit changement peut être l’impulsion suffisante pour que ce système familial se remette en mouvement et évolue.

Bibliographie


Onnis L: Corps et contexte. Thérapie familiale des troubles psychosomatiques. Paris, ESF 1989

Onnis L: Langage du corps et langage de la thérapie: la sculpture du futur. Ther Fam 1992; 13:3-19

Poot F, Bourlond A: Analyse systémique et dermatologie: une autre lecture du symptôme et du traitement. Ther Fam 1995; 13:303-309

Poot F. ,1994. Thérapeutique familiale: 1+1=3. Nouv. Dermatol 13:743-745

McDaniel S. H., Hepworth J., Doherty W. J. Medical Family Therapy. New York: Basic Books 1992